L’histoire du papier hygiénique

Dans les annales de l’histoire, les humains « vont à la salle de bain » depuis le temps où cette expression voulait plutôt dire « là-bas, derrière les roches. »  Si le processus d’élimination n’a pas changé beaucoup au fil des ans, le résultat immédiat, lui, absolument.  Au début, on se nettoyait avec tout ce qu’on avait sous la main, comme des pierres, des bâtons, des feuilles, des rafle de maïs ou même des écorces de bois (aie!).  Les Chinois ont été les premiers à utiliser des feuilles de papier à des fins hygiéniques, aussi loin qu’au VIe siècle de notre ère.  L’utilisation répandue du papier hygiénique n’allait cependant se produire que 1 300 ans plus tard. 

Pendant de nombreuses années, les Américains utilisaient les pages facilement accessibles du catalogue Sears très répandu. Il était distribué gratuitement par la poste et un trou pratique était percé dans le coin de la page pour pouvoir le suspendre sur un clou dans les latrines.  Il a fallu attendre 1857 pour que Joseph Gayetty commence à vendre du « papier médicamenté » fait de chanvre avec de l’aloès ajouté.  Gayetty, fier de son invention, a fait imprimer son nom sur chaque feuille. 

L’invention du papier hygiénique sur un rouleau, popularisée par deux frères en 1890, a fini par déclasser le produit de Gayetty.  Les deux frères ont cependant refusé d’inscrire leur nom sur le produit et ont simplement vendu directement le produit aux hôtels et aux pharmacies.

En 1928, la Hoberg Paper Company de Green Bay, au Wisconsin, a lancé un nouveau produit beaucoup plus doux dans la gamme existante.  Selon la légende de l’entreprise, quelqu’un aurait dit que les rouleaux de papier hygiénique et leur emballage élégant et féminin étaient « charming » (charmants) : le papier hygiénique Charmin était né. Le charme féminin de l’emballage a aidé les Américains à surmonter leur gêne à l’idée de parler de fonctions corporelles. Dans les années 1930, un emballage économique de quatre rouleaux a été lancé, ce qui pourrait bien avoir aidé l’entreprise à survivre à la Grande Crise. 

Dans les années 1950, Hoberg a changé son nom et est devenue la Charmin Paper Company. Charmin a modifié la « Charmin lady » sur l’emballage en faveur du « Charmin baby » pour symboliser le summum de la douceur. Ce changement devait être suivi par la fameuse campagne publicitaire des années 1960 et 1970 qui sermonnait les femmes et les hommes du pays en leur disant de ne pas « pincer les rouleaux Charmin! » pour mettre en valeur combien il était tentant de serrer le rouleau. Ultimement, l’entreprise a fini par lancer une campagne intitulée « Besoins naturels », qui mettait en vedette une famille d’ours animés et extrovertis qui n’avaient pas peur de parler de « l’expérience » et de façons de l’améliorer.

Même si le papier hygiénique continue encore d’évoluer, il est important de revenir sur la période sombre du PH et nos prédécesseurs, nos leaders, nos inventeurs, de grands penseurs et des artistes reconnus et se demander : « Comment ont-ils pu accomplir tout ça sans vivre une expérience agréable? »